Aller au contenu principal

Vendredi 30 septembre 2022

Bordighera – Vintimille – 5,5 km – Vintimille – Nice – Marseille – Nimes – Vestric – 1054,5 km

Cette fois-ci c’est pour de vrai on rentre.

Quelques jolies villas aperçues depuis notre hôtel.

Nous allons en vélo prendre le train à Vintimille.

J’essaye de prendre des photos à travers la vitre. C’est mieux que dans le train italien, au moins les vitres sont transparentes.

À l’arrêt de Menton on contrôle, nos papiers d’identité.

Et mon gentil portable m’envoie un message !!!

Toutes ces photos ont été prises entre Vintimille et Nice. Mon portable me donne le lieu où je prends la photo, mais comme je prends des paysages dans le lointain je ne suis pas sure de la localisation.

Presque une heure d’arrêt à Nice. Yves garde les vélos sur le quai où nous a laissé notre train… avec un peu de chance nous n’aurons peut-être pas à changer de quai. j’ai envie d’un café. Je descend, je sors, j’admire la gare. Je ne trouve pas ce que je veux et j’essaye d’accéder à nouveau aux quais. J’ai beau présenter mon QR Code au lecteur ma porte ne s’ouvre pas. J’en essaye un autre. Rien. Pas un employé en vu parmi la foule. Si, un poteau avec un bouton d’appel… nous recherchons votre correspondant, nous recherchons votre correspondant, j’entends ça pendant un certain temps… je vous écoute, je ne peux pas rentrer, montrez-moi votre billet… à un poteau ? Je lui montre mon portable… c’est bon je vous ai ouvert la porte 12… les merveilles de la technologie dans les 2 sens ! Tout va bien, j’ai pu rentrer et retrouver mon vélo. L’idée d’Yves était excellente, nous étions sur le bon quai d’embarquement pour le train pour Marseille.

Photos prises entre Nice et Marseille.

Super sympa. Deux compartiments où ils ont enlevé les sièges, dans lesquels nous ne sommes pas obligés d’accrocher les vélos par la roue… un calvaire avec mon vélo.

Tellement bien qu’il y en a un qui s’est étalé !!! Heureusement nous sommes les seuls.

Et les compartiments à côté nous sont réservés.

Aujourd’hui comme il y a peu de vélos nous avons des compagnons de compartiments autres que des cyclistes. Deux heures et demi de route c’est long, on a le temps d’engager des conversations bien agréables.

La voix douce qui fait les annonces dans notre train prise sur le fait.

Arrivée à Nîmes sans problème. Ascenseur pour descendre des quais. Nous avions demandé à Uber de venir nous chercher pour nous ramener à la maison… Yves ne pédale pas en habits de ville !!!

Il es beau mon chauffeur de chez Uber.

Il a dû pleuvoir pendant notre absence. L’herbe a bien poussé.

Deux ans après avoir rêvé de ce voyage, nous l’avons fait… une très belle surprise. Nous ne nous attendions pas à un si beau parcours, avec aucune difficulté.

Et voilà c’est fini, le blog s’arrête jusqu’à… pour l’instant nous n’avons rien de précis en tête.

Jeudi 29 septembre 2022

Florence – La Spezia – Gênes – Bordighera

Santa Maria Novella, le temps est incertain.

Un peu compliqué au départ pour trouver le wagon vélo, on va jusqu’au bout du train et comme on ne voit aucun logo vélo on monte dans le dernier wagon. Rien pour mettre les vélos. On coince tous les accès surtout qu’on y a un troisième cycliste. Heureusement le compartiment est vide. Une contrôleuse arrive et nous demande de descendre au prochain arrêt pour aller mettre nos vélos au bon endroit… juste à l’autre bout du train qui est immense !!! On remet les sacoches sur les vélos et c’est parti en quatrième vitesse. Nous ne pouvions pas voir le logo vélo, il était caché par la porte ouverte.

Changement de train à La Spezia. Nous avons une heure et demi d’attente nous allons manger dans la rue qui descend vers la ville. Nous connaissons, nous y étions au mois de mars.

Cinque Terre. Derrière la vitre les photos ne sont pas belles. Je vais arrêter là. On ne voit pas grand chose car il y a beaucoup de tunnels.

Cette fois-ci les changements de trains sont moins faciles qu’à l’aller. Escaliers pour accéder aux quais ou ascenseurs dans lequel mon vélo ne rentre pas. Il faut le tenir debout. Heureusement Yves est là.

Cette fois-ci on demande au contrôleur où est le compartiment vélo.

À Gênes, il n’y a que des escaliers. Yves porte mon vélo.

18 h nous arrivons à Bordighera. Passage souterrain pour sortir de la gare donc descente et remontée des vélos… et c’est fini pour aujourd’hui on verra demain comment ça se passe en France.

Bordighera, jolie ville avec de belles maisons.

Le jardin de notre hôtel

Le vent souffle fort et la mer est grosse.

Coucher de soleil depuis la ville. Il y a la voie de chemin de fer entre la ville et la plage !!!

Journée fatigante, je préfère pédaler plutôt que de passer la journée dans un train.

Il n’a pas plu, ou nous ne nous en sommes pas aperçus car nous étions souvent dans des tunnels mais le temps a changé, nous avons trouvé du vent à Bordighera.

Mercredi 28 septembre 2022

Florence

Le débit de l’Arno a baissé par rapport à hier. Il est toujours très boueux, il a dû pleuvoir dans la montagne.

Torre Dell’Antica Zecca. Un vestige des anciens remparts de Florence.

La galerie des Offices. Nous allons y rentrer.

Pas de queue. Nous avons les billets tout de suite mais quel dédale et parcours du combattant pour arriver dans les salles !

C’est à peine 9 heures et déjà beaucoup de monde.

Giotto. lorsque le peintre est connu (de moi !!!) je marque son nom.

Gentile da Fabriano. L’adoration des mages. Un tableau avec beaucoup d’or et de détails précieux qui montrent la richesse du client, Palla Strozzi, un marchand-banquier de Florence.

Piero della Francesca. Portrait du duc de Urbino. 1465. Ce sont les premiers portraits importants dans l’histoire de l’art européen.

Botticelli. Madonna della melograna.

Botticelli. Madonna del Magnificat.

Botticelli. La primavera.

Botticelli. La nascita di Venere.

De temps en temps il y a une fenêtre.

Leonardo da Vinci. Adorazione dei Magi.

Recto.

Verso.

Vraiment incongru au milieu de toutes ces merveilles.

Portrait de Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs. École de Fontainebleau.

Le Caravage. Bacchus.

Le Caravage. Méduse.

Je ne connaissais pas ce peintre. J’ai beaucoup aimé le sourire des personnes, c’est rare de voir des sourires sur un tableau.

J’arrête là pour la Galerie des Offices. Nous nous en sommes mis plein les yeux. Mon portable est en train d’exploser tellement j’ai fait de photos !!!

Palazzo Vecchio. Hôtel de Ville. Il pleut !!!

Le Baptistère que j’ai oublié de photographier hier.

Très amusant, il vend des saucisses.

Basilica Santa Maria Novella. Deuxième visite de la journée.

Giotto.

L’eau est arrivée jusqu’au petit panneau au niveau du début de la voûte. Impressionnant. On imagine les dégâts qu’il y a dû avoir dans la ville.

Sainte Ursula.

Et ce sera tout pour Santa Maria Novella.

Nouvelle photo du Baptistère prise depuis la terrasse d’un bar où nous attendions la fin des fortes averses.

Sculptures à côté de notre hôtel.

Le plafond de notre chambre. Et oui ce n’est pas le même qu’hier. Nous sommes passés d’une chambre pour 4 à une chambre pour 2.

Heureusement que nous n’avons fait que 2 visites aujourd’hui sinon j’aurais passé la nuit à faire mon blog. je suis réconciliée avec Florence. Hier je devais être fatiguée et malgré le ciel qui était redevenu bleu, je n’ai pas apprécié. Et oui, le cumul des activités n’est pas toujours bon.

Nous rentrons demain. La météo annonce 3 jours de pluie, tant pis nous ne retournerons pas à Pise. Nous partons en train jusqu’à Bordighera. Il nous faut presque la journée et la suite se fera après demain.

Mardi 27 septembre 2022

Brisighella – Borgo San Lorenzo – Florence – 39 km – 1049 km

Repos pour nos montures.

Tout le long de la route. Nous sommes dans la montagne

Une des nombreuses petites églises que nous avons vues au bord de la route mais comme ça montait difficile de s’arrêter.

Ça monte, ça monte, ça montera pendant environ 13 km. Le train ne nous a pas tout évité.

Aurions-nous retrouvé la Toscane ?

Là ça descend.

Vue de Florence pendant la descente depuis Fiesole.

Ce sera tout pour notre trajet en vélo. Départ en train de Brisighella sous un beau soleil. Une heure de train avec de nombreux tunnels pour passer sous la montagne. Arrivée à Borgo, temps gris et vent. Parcours entièrement sur la route. Côtes pour commencer. Averse avec coup de vent qui nous fait mettre les vestes de pluie. Averses intermittentes. 14 km de descente sur route mouillée avec de la circulation… ce ne fut pas notre parcours le plus agréable depuis le début de notre périple. Dommage car la descente de Fiesole jusqu’à Florence a de jolis points de vue mais avec le vent, la pluie et la circulation, ce n’est pas le rêve.

Quelques cantuccini avec du vino Santo et nous sommes prêts pour arpenter Florence. Il y avait des tripes pour moi juste avant. Un délice !!!

La galerie des Offices de l’autre côté de l’Arno.

Ponte Vecchio.

Bain de foule sur le pont.

Palazzo Vecchio.

Le Campanile

Cattedrale di Santa Maria del Fiore.

J’aurais aimé prendre cette photo d’une porte du baptistère sans personne devant. Au bout de dix minutes j’ai capitulé, c’était toujours les mêmes qui n’ont pas bougé.

Basilique San Lorenzo.

Ce genre de descente pour l’eau nous étonne toujours.

Basilique de Santa Croce.

Dans la rue, à l’angle d’une maison.

L’Arno, bien boueux.

Je n’ai pas pu m’empêcher de faire la photo. C’était trop drôle, des belles socquettes blanches avec des talons hauts.

Le plafond de notre chambre. Et oui nous sommes à Florence !!!

Conclusion de la journée : nous nous régalons plus sur notre vélo que de marcher en ville. Aujourd’hui, c’est certainement à cause de notre journée qui a commencé tôt pour pouvoir prendre le train, ajouté aux côtes, à la pluie lorsque nous pédalions… c’est pour cela que nous n’avons pas apprécié la visite de la ville.

Lundi 26 septembre 2022

Classe/Ravenne – Faenza – Brisighella – 53 km – 1010 km

Nous roulons au milieu des vignes et des vergers.

Beaucoup de vergers de kiwis.

Prunes.

Et toujours cette technique de ramassage avec un entonnoir.

Les paulownia de notre cousin Nicolas. Ils ne sont pas encore aussi grands. Il a planté ces arbres car ils poussent très vite et ensuite on les coupe pour vendre le bois pour faire des planches.

Faenza. Ville connue dès la renaissance pour la production d’objets en céramique. Notre mot faïence viendrait de là.

En faïence.

Fini le bord de mer, on commence à voir des collines.

Brisighella. Nous sommes arrivés à l’hôtel sous un beau soleil. Lorsque nous avons voulu ressortir, il pleuvait. Ça y est le beau temps est de retour avec un arc-en-ciel.

Le château, nous n’y monterons pas !!!

Torre del orologio. Là non plus pas question de grimper.

Hier, j’avais cherché des renseignements sur internet sur Brisighella. Je m’étais arrêtée à Wikipedia et il me semblait qu’il n’y avait rien à voir. Le vrai trou !!!

Nous sommes allés faire du repérage pour voir où était la gare pour demain, nous nous sommes arrêtés dans un bar pour prendre l’apéritif… très important lorsque nous voyageons, jamais à la maison… et là, oh miracle, Yves est tombé sur un site pour visiter Brisighella.

La via degli Asini.

En définitive ce village où il semblait qu’il n’y avait rien avoir, était vraiment charmant.

Journée très agréable sur des petites routes, des digues, des pistes, pas de grandes routes avec de la circulation. Et encore du beau temps.

Demain nous prenons le train jusqu’à Borgo San Lorenzo, pour ne pas avoir à monter dans les Apennins.

Dimanche 25 septembre 2022

Ravenne

Des vaches près de notre hôtel.

Plutôt des bufflonnes. Celui-là est faux.

Notre hôtel est en dehors de Ravenne, nous avons pris le bus pour aller visiter la ville. Au niveau de la gare nous avons demandé où était le centre : dans trois arrêts… ce que nous n’avons pas vu, c’est que le chauffeur avait changé et que les bus ne s’arrêtent que si l’arrêt est demandé… nous avons donc fait un grand tour de la ville et de la banlieue !!! Le nouveau chauffeur nous a posé au bon endroit.

Basilica di San Pietro Maggiore.

Piazza del Popolo.

Le marché, nous y avons mangé à midi.

En allant au Mausoleo di Galla Placida.

Premières mosaïques, premier choc. Nous sommes éblouis.

Basilica di San Vitale.

Le Duomo. Il n’y a rien à voir.

Battistero Neoniano.

Museo Arcivescovile e Cappella di Sant’Andrea.

Fauteuil en ivoire.

Détail.

Madonna del Sudore. Auteur inconnu (XIV). Elle est tellement loin et petite sur la photo précédente que l’ai photographiée à l’entrée de La Chapelle sur le papier explicatif.

Un peu kitsch !!!

Le tombeau de Dante.

Basilica di Sant’Apolinare Nuovo.

San Salvatore ad Calchi.

Nous reprenons le bus direction notre hôtel pour visiter la dernière basilique qui est à côté de notre hôtel.

Basilica di Sant’Apollinare in Classe.

J’espère que je n’ai pas trop mélangé mes photos. Nous avons vu tellement de choses que je ne sais plus où j’en suis. En tout cas c’était très beau.

Samedi 24 septembre 2022

Porto Garibaldi – Comacchio – Ravenne – 74 km – 957 km

Porto Garibaldi. La pêche du jour. Ça bougeait dans tous les sens.

Comacchio. Charmante petite ville.

Nos vélos nous attendent sagement, garés de l’autre côté du canal, pendant que nous visitons la ville à pied. C’était très difficile en vélo à cause des ponts et des escaliers.

Chiesa del Rosario.

Cucciolo Ducati. Nous avons été attirés par une vitrine remplie de Vespas. C’était une exposition de cycles et motocycles anciens. Celui-ci semblait très important pour le propriétaire du lieu.

Chouette ! Des flamants roses.

La cathédrale, il y avait un enterrement.

Là, j’ai horreur de ce genre de chemin avec des ornières qui parfois sont un peu trop profondes pour moi, les vrais cyclistes doivent rigoler, alors pour avancer je serre les dents et je languis d’arriver au bout. C’était lonnnng !!!

Là, je me sens mieux.

Enfin des flamants roses. Il y en a énormément, difficiles à photographier sans Zoom.

Arrêt pour manger dans un restaurant chic, je ne rigole pas en disant chic. Nous avons changé de place mais les mouches m’ont poursuivie. Je dois commencer à sentir !!! Pourtant je me lave et je lave mes habits…

Nous allons le prendre.

Et ça s’arrête là. Il a commencé à pleuvoir jusqu’à notre arrivée à l’hôtel. Une bonne heure. Si nous ne nous étions pas arrêtés pour manger des mouches nous aurions évité la pluie…

Parcours magnifique, calme, très très belle journée malgré la fin sous la pluie. C’était vraiment très agréable de pédaler au bord de l’eau, des canaux, des marais.

Avant-goût de ce qui nous attend demain lors de notre visite de Ravenne. Nous passons 2 nuits ici.

Vendredi 23 septembre 2022

Adria – Porto Garibaldi (commune de Comacchio) – 90 km – 883 km

Ça y est mon vélo a dépassé les 7000 km !!!

Le trajet d’aujourd’hui, très sinueux d’où le nombre élevé de kilomètres.

Nous allons rouler souvent sur les digues du Po. C’est très agréable, nous sommes en hauteur et il n’y a personne.

Ramassage du maïs.

Coucou Yves, je t’attends !!!

Le pauvre, il a dû monter les 2 vélos et le mien est très lourd.

Normalement notre trace nous donnait une route pour pouvoir accéder au pont, elle ne semble plus exister mais à la place il y a cet escalier au niveau de la flèche.

Le pont sur le Po di Venezia.

Le château de Mesola.

Nous avons acheté à manger dans le village.

Le Po di Gora.

Notre salle à manger.

Mes premiers flamants roses.

Au bord de l’Adriatique.

Plage immense.

Premier jour de l’automne digne d’un jour d’été. Nous sommes partis en T-shirt ce matin.

Jeudi 22 septembre 2022

Sottomarina – Adria – 68 km – 793 km

Ce parcours que nous allons suivre approximativement, nous l’avons trouvé sur un site qui vend des voyages à vélo.

Lever du soleil sur l’Adriatique.

Beaucoup de maraîchage. Des salades.

Petit chemin au bord de l’Adige.

Voici le genre de panneau que nous suivons.

Nous rentrons dans le parc du delta du Po.

Notre route dans le delta.

Sympa pour se reposer.

Nous avons vu très peu d’oiseaux dans le delta. Heureusement j’ai pu photographier celui-là !!!

À l’abandon et taguée.

Le Po.

Notre trajet du jour, très sinueux avec de temps en temps des allers-retours.

Des petites routes, des pistes, mais aussi des routes pas agréables avec beaucoup de circulation.

Adria.

Chiesa Cattedrale di Adria.

Il n’y a pas grand chose à voir à Adria.

Le beau temps continue, on se régale.

Mercredi 21 septembre 2022

Mestre – Chioggia/Sottomarina – 38 km – 725 km

Aujourd’hui nous allons prendre 3 fois le « Féri-Boâte » comme dit ? dans Marius. Le compteur de mon vélo me donne 38 km et ma montre que je n’ai pas arrêtée 52 km.

Passage souterrain à Mestre pour passer sous les voies de chemin de fer.

Nous allons rouler pendant 3,8 km sur cette piste avec l’eau à droite, et à gauche, une deux fois 2 voies pour les voitures, bus, tram… encore plus à gauche le train. Au bout c’est Venise.

Fin de la piste.

Ils font passer les marchandises du camion, vers les différents bateaux.

Premier ferry pour aller au Lido. Il est chargé à bloc.

C’est sympa de voir Venise depuis le ferry. Eglise Sainte-Marie-du-Rosaire.

Les pompiers.

Palais des Doges à droite. Et place St-Marc derrière.

Et toujours le magnifique voilier qui appartient à un milliardaire taïwanais Samuel Yin. Le Sea Eagle II, le cinquième plus grand voilier du monde !!!

Sur la plage du Lido, plein de petites cabines.

Sympa de rouler au bord de l’eau sur une piste déserte.

Deuxième ferry, beaucoup plus petit, qui transporte un bus de ville avec les gens qui sont restés dedans…

Je n’ai pas vu les flamants roses.

Arrêt au bord de l’eau pour manger.

Lorsque je vais payer, dans la cave à vin !!!

Pellestrina.

Nous sommes dans le dernier ferry.

Chioggia.

Sottomarina. La vue depuis la terrasse de notre chambre. Grande plage qui doit grouiller de monde en été. C’est bien calme et nous sommes ravis d’être arrivés là par beau temps. Quelle chance de pouvoir partir hors saison !!!