Aller au contenu principal

Samedi 19 septembre 2020

Meynes – Beaucaire – Saint-Gilles – Générac – la maison 63 km

Voie Verte Beaucaire le Pont-du-Gard.
À la sortie de Beaucaire. Croix couverte.
Oliviers plantés très serrés.
Saint-Gilles. Arrêt très, très rapide pour manger une pizza. Le ciel est menaçant, d’ailleurs lorsque nous partons il tombe quelques gouttes.

Nous changeons notre itinéraire, nous avions prévu de passer par le château d’Espeyran, le canal du Rhône à Sète, Franquevaux, Gallician, Vauvert et la maison.

Nous filons directement à Générac. Gain d’une bonne dizaine de kilomètres.

La côte pour aller à Générac est passée. Tout va bien.
Le château de Générac.
La Guillaumette. L’orage n’est toujours pas là.
Et voilà c’est fini.

1170 km. Course contre la pluie à la fin. Nous sommes arrivés au bon moment. Le Gard est en alerte rouge…

Encore un très, très beau voyage. La voie bleue et la viarhona deux voies bien différentes.

Dix jours avec des amis que nous n’avons pas vu passer.

Nous sommes prêts à repartir après un petit repos. D’habitude à cette heure ci, nous sommes sur notre vélo et aujourd’hui je viens de faire la sieste… j’ai oublié de dire que nous avons forcé car il y avait beaucoup de vent.

Vendredi 18 septembre 2020

Mornas – Caderousse – Châteauneuf-du-Pape – Avignon – Aramon – Montfrin – Meynes 90 km

Yves se prépare psychologiquement au départ.
Prêt pour affronter la route.
Codolet et le belvédère d’Orsan en arrière plan.
Une très belle voie verte.
On cherche la route.
Châteauneuf-du-Pape.
Châteauneuf-du-Pape.
Les remparts d’Avignon.
Sympa.
Au loin Avignon.
Étrange ces deux ponts TGV.
Notre havre de paix de ce soir.

Jeudi 17 septembre 2020

Le Pouzin – Montélimar – Viviers – Bourg-Saint-Andéol – Pont-Saint-Esprit – Mornas 93 km

Et encore une belle journée ensoleillée et bien, bien chaude.

À droite.
À gauche. On ne sait vraiment pas de quel côté regarder…
Rochemaure.
Passerelle Himalayenne sur le vieux pont qui relie Rochemaure à Ancône, c’était impressionnant. C’est la deuxième que nous passons aujourd’hui.
Châteauneuf-du-Rhône
Châteauneuf-du-Rhône, c’est plus joli.
Repas à Viviers dans une guinguette au bord du Rhône. C’est un café allongé, je ne veux pas savoir comment est le ristretto.
Juste après Viviers.
Pépinière viticole.
Très sympa ce vélo box pour garer son vélo pendant qu’on visite. Nous ne nous en sommes pas servis…
L’hôtel de ville de Bourg-Saint-Andéol.
1000 km au compteur.
Il ne faut pas les oublier, ce sont eux qui nous ont permis de les faire.
Mornas.
J’écris confortablement installée sur la terrasse de notre chambre d’hôtes. Pas belle la vie ???

Mercredi 16 septembre 2020

Chanas – Tournon-sur-Rhône – Valence – La Voulte-sur-Rhône – Le Pouzin 95 km

Petite mise en bouche. Sur mon set de table hier soir.

J’ai oublié de dire qu’hier il y avait du vent. J’ai toujours pensé que nous risquions d’avoir du Mistral qui nous pousserait. Et bien non, nous l’avons eu face à nous. Étrange, ça fait un peu loin pour du vent marin !!!

8 containers en longueur, ? en largeur, ? en hauteur, ça fait quelques poids lourds en moins sur la route.
Souvent ombragé c’est bien agréable.
Stock de chez Renault à perte de vue.
Andance.
Depuis notre départ toutes les vignes sont cultivées en pente (à droite). Dans la plaine, on trouve les fruitiers en majorité abricotiers.
Ils sont là… les abricotiers.
Tournon.

Passage dans Valence que nous connaissons, donc pas de visite ni de photos car c’est toujours difficile d’arrêter le vélo lorsqu’il y a de la circulation.

Soyons.
Beauchastel.
Et un pont de plus … pour revenir de …
La Voulte.
Dernière petite route bien fraîche. Que du bonheur avec la chaleur d’aujourd’hui !!!
Motard qui arrête la circulation, hélicoptère dans le ciel, pour voir passer 3 voitures suivies par des motards. Étrange !!!
Coucher de soleil sur les monts ardéchois.

Mardi 15 septembre 2020

Lyon – Givors en train

Givors – Chanas 52 km

Pour revenir à la journée d’hier, au départ nous avions décidé de sauter cette étape après avoir lu qu’elle était difficile. Nous avions donc décidé d’aller directement à Givors car la sortie de Lyon sur la Viarhona se fait au milieu de la circulation et est déconseillée. Et puis, au dernier moment nous avons eu envie d’aller jusqu’à Lyon en vélo pour faire la voie bleue en entier !!! Erreur de jeunesse…

Aujourd’hui nous sommes sages, nous avons pris un TER pour Givors depuis la gare Lyon Perrache qui était à côté de notre hôtel. La journée commence tranquillement nous avons pris le train de 10 h31…

Vélos dans le train. Pour une fois c’était cool. Ascenseur pour aller jusqu’au quai. Peu de monde dans le train, je n’ai pas eu à décrocher mes sacoches pour pouvoir pendre le vélo par la roue. Et aussi à transporter mes sacoches. Sortie à Givors sans avoir à monter ou descendre.
Le Rhône, notre fleuve !!!
Vienne, ancienne cathédrale Saint-Maurice.
Prêts à aller parcourir le monde !!!
Nîmes, la Maison Carrée ? Non, le temple d’Auguste et de Livie à Vienne. Lorsqu’on regarde de près il est beaucoup plus petit que la Maison Carrée
Jardin archéologique de Cybèle.
On ne le voit pas bien sur la photo mais il y avait des collégiens assis partout en train de manger des sandwichs ou autre. Il est vrai qu’avec ce beau temps c’était très agréable.
Sur la place du pilori.
Collège François Ponsard.
Au revoir Vienne.
Et voilà, une fois de plus je suis punie, je n’ai pas voulu prendre en photo mon petit château dès que je l’ai vu, espérant mieux, mais les arbres étaient de plus en plus haut et ils ont tout caché. Derrière on voit des vignes de l’appellation côtes-rôties.
Château d’Ampuis.
Aujourd’hui la voie verte serpente au milieu des cultures, passe sur des îles comme là. Seul petit problème à cet endroit, trop de chicanes. Je plains le tandem avec une remorque qui était derrière nous.
Impressionnant, un tel monument au bord du Rhône !!!
Centrale nucléaire de Saint-Maurice-l’Exil.

Et ce sera tout pour aujourd’hui, notre hôtel est excentré. Pas de promenade ce soir. Nous sommes sortis du circuit pour y accéder, aïe, aïe, aïe la circulation et les camions !!!

Lundi 14 septembre

Mâcon – Thoissey – Trevoux – Lyon 88 km

Aujourd’hui 88 kilomètres d’enfer. Très peu de bitume et de pistes roulantes. Que des pistes blanches caillouteuses et pleines d’ornières. Slalom toute la journée pour éviter les trous, beaucoup de poussière. J’ai très peu vu le paysage car j’ai passé ma journée les yeux fixés devant ma roue pour éviter les trous.

Jean Luc et Christine ont repris le train pour Paris, je suis toute seule et toute triste derrière Yves qui pédale plus facilement que moi. Personne avec qui bavarder !!!

Pour la sortie je le mets à l’endroit. Pris hier soir en nous promenant après le repas.

Pour Tatie Arlette et peut-être d’autres personnes : « Ainsi » était le premier mot du Lac de Lamartine. Une phrase entière était écrite sur le quai.

Une détonation venant d’on ne sais où, fait fuir les veaux qui étaient dans l’eau. Ils vont passer devant nous pour retourner dans leur enclos.

Nous quittons le chemin pour aller manger à Villefranche-sur-Saône. Beaucoup de circulation, nous mangeons et n’avons même pas envie d’aller visiter Villefranche.

Là le passage est large. Nous sommes obligés sans arrêt, de poser le pied par terre, pour pouvoir passer avec les sacoches.
Elle a dû passer un certain temps dans l’eau.
Et maintenant petit chemin de randonnée avec racines. Le summum !!! je vais craquer.
Trévoux.
Toujours des cabanons face à la rivière.
Trop belle !!!
Trévoux.
Trévoux.
Il est arrivé là à la dernière crue ??? La crue de 1840 a dû être impressionnante on voit la marque au niveau du haut des piliers des ponts.
Neuville-sur-Saône.
Rochetaillée-sur-Saône.
Collonges-au-Mont-d’Or.
La poussière sur nos sacoches.
Ça y est nous sommes à Lyon.

Nous avons de très belles vues sur Lyon mais c’est trop difficile de s’arrêter. Nous sommes sur des pistes cyclables, largeur 2 vélos qui se croisent donc il faut avancer et je n’ai pas fait de photos.

Il fait 35 degrés à l’arrivée à l’hôtel , je suis cuite !!!

Je ne suis plus complètement abattue. Moi qui voulais arrêter les sucreries, j‘ai pris une île flottante avec de la glace et des pralines… et le moral est revenu !!!

Dimanche 13 septembre 2020

Chalon-sur-Saône – Tournus – Mâcon 77 km

Tournus. Chambre d’hôtes qui n’est pas du tout dans nos prix…
Abbaye Saint-Philibert de Tournus.
Abbaye. Mosaïque du XIIème siècle.
Abbaye.
Abbaye.
Abbaye.
Eglise Saint-Valerien de Tournus.
Jean-Baptiste Greuze né à Tournus en 1725, devant l’hôtel de ville.
Eglise Sainte-Madeleine de Tournus.
Gonfler des pneus, un grand souvenir pour nous. N’est-ce pas Danielle ???
Yves est debout. Difficile d’imaginer la hauteur d’eau de la crue de 1840.
Un peu de fraîcheur sous les platanes.
Le port.
La chambre de commerce.
Eglise Saint-Pierre.
Eglise Saint-Pierre.
Lamartine né à Mâcon en 1790.
La maison de bois. Construite entre 1490 et 1510, certainement la plus ancienne maison de Mâcon.
Cathédrale Saint-Vincent.
Vieux Saint-Vincent.
Pont Saint-Laurent.
Premier mot de ??? Facile à trouver.

Et toujours soleil, chaleur, ciel bleu, bonheur, plaisir… tout va bien.

Samedi 12 septembre 2020

Chalon-sur-Saône

Notre hôtel.
Musée Nicephore Niepce.
Pont Saint-Laurent. Édifié par les romains dès 30 avant JC. Puis reconstruit à deux reprises. Fortifié au XIVème siècle, encombré de maisons et de moulins. Il fut libéré de toute construction au XVIIème siècle et orné d’obélisques. Détruit par les allemands en 1944, il fut réédifié peu après en béton et placage de pierre.
Chapelle de l’hôpital.
Il fait trop chaud aujourd’hui pour que j’ai envie de m’asseoir au soleil.
Palais épiscopal.
Cloître de l’église Saint-Vincent.
Dans la cour d’une maison. Aperçu derrière des grilles.
La sous-préfecture.

Et maintenant petite sieste. Mais que nous avons la flemme lorsque nous ne sommes pas sur notre vélo !!!

Musée du souvenir du combattant, abrité dans une chapelle édifiée au XIIIème siècle, seul vestige de la commanderie des templiers passée sous l’égide des Hospitaliers de Malte au XIVème siècle
Dans l’église St-Pierre.
Tour de Saudon.
À votre santé !!!

Et maintenant bonne nuit. Demain on reprend le vélo.

Vendredi 11 septembre 2020

Saint-Jean-de-Losne – Seurre – Verdun-sur-le-Doubs – Chalon-sur-Saône 73 km

Aujourd’hui nous devions nous arrêter à Verdun environ 42 km et demain aller à Chalon à une trentaine de kilomètres. Ce n’était pas un bon plan, nous nous serions retrouvés à midi dans un village de 1000 habitants. Maintenant que nous savons que les kilomètres ne nous font pas peur, autant aller à Chalon et y rester un jour entier à visiter et à flâner.

Et voilà les deux filles qui téléphonent à l’hôtel de Chalon pour réserver une nuit de plus :

– Allo, oui, bonjour, ici madame Specht j’ai une réservation pour samedi soir , j’en voudrais une autre pour vendredi soir.

– Comment dites-vous ? Specht ? Je ne trouve rien.

– Et Dideron (j’ai mon mail de réservation devant moi) ?

– Non plus, je ne trouve rien

Illumination dans mon cerveau :

– Vous êtes bien l’hôtel St Regis ?

– Non, nous sommes le St Georges !

Sur ce Christine fait une mauvaise manipulation et raccroche le téléphone… et voilà nos exploits !!!

Pagny-la-Ville
À la sortie de Pagny-la-Ville.
Le port de Seurre.
Ça sent l’automne.
Cabanon en bord de Saône.
Repos des guerriers.
Saunières. Repos de mon magnifique vélo.
Charnay-lès-Chalon.
Sponsorisé par Urgo ???
Verdun-sur-le-Doubs. C’était mignon mais pas pour y passer une demi-journée.
Massage du dos… la serveuse m’a dit : – nos chaises sont solides !!! Était-ce ironique ???
À la sortie de Verdun.
La vie est belle !!!
Crissey.
Au fond d’une impasse à Chalon.
???
Ils regardaient cette maison et moi dos à la maison je ne voyais rien.
Nicéphore Niepce, il a bien fière allure.
Une multitude de maisons à colombages dans le centre. Et toujours les mêmes touristes…
Cathédrale St-Vincent.
Place St-Vincent.

Que dire de plus : nous pédalons un peu, nous mangeons beaucoup, nous buvons très peu, nous rions énormément, nous nous régalons et il fait de plus en plus chaud…

Jeudi 10 septembre 2020

Pontailler-sur-Saône – Auxonne – Saint-Jean-de-Losne 62 km

L’adorable petit jardin de notre chambre d’hôtes.
Deux techniciens compétents et charmants qui règlent la hauteur des poignées de freins de Christine.
Pontailler-sur-Saône .
Admirez les poignées en cuir du vélo de Christine et accessoirement le lavoir qui se trouve derrière.
Le lavoir avec un mécanisme qui permet de relever et rabaisser le plancher selon le niveau de la rivière.
Eglise de Lamarche-sur-Saône. Selon la légende, les constructeurs souhaitaient bâtir un unique clocher. Il aurait été plus grand que celui de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon et donc l’évêché refusa le projet. Les constructeurs décidèrent alors de couper ce clocher pour en faire deux. Il n’existe que 7 autres églises en France sur ce modèle.
Miscanthus. Pour faire de l’isolant, mais l’usine a fait faillite.
Christine est morte de rire.
Flammerans
C’est droit, il va faire chaud, Jean Luc se refait une beauté en s’enduisent de crème.
Auxonne, Les Halles Vauban
Entraînement militaire.
L’hôtel de ville d’Auxonne.
Barrage à aiguilles.
Explication du barrage à aiguilles prise sur internet.
Et c’est encore tout droit !!!
Donc nous avons déboulé sans freiner…
Essai de reflet de cycliste dans l’eau. J’ai raté, il y a quelques jours une photo avec des cyclistes dans les deux sens qui se reflétaient dans l’eau, le temps de réaliser ils avaient disparu.
Saint-Jean-de-Losne.
Vue d’un autre côté la nuit.
Le plus grand port fluvial de France et une des plus petites communes de France.

Il fait de plus en plus chaud… je ne sais pas si j’ai bien fait de prendre ma doudoune !!!