Aller au contenu principal

Jeudi 4 avril 2019

Le Grand Laquet

Le printemps est rentré dans ma maison…

Depuis hier soir je n’ai pas pris de calmants, je n’ai pas mal, que demander de plus ???

Je vais attendre tranquillement le 17 mai.

Je remercie tout le monde, du fond du cœur, pour tout le soutien qui m’a été apporté : messages, appels, visites… et tutti quanti.

J’arrête aujourd’hui de publier en espérant pouvoir faire notre sortie habituelle en septembre et recommencer à écrire sur mon blog.

Arrivederci.

Mercredi 3 avril 2019

Carémeau – Le Grand Laquet

Tension 13 – 8

L’infirmière arrive avant le petit déjeuner. Vite, vite, il faut défaire le pansement, le chirurgien est là, il faut regarder si tout va bien. Au scanner ils n’ont rien trouvé, c’était une fausse tache, il n’y a pas d’autre fracture… la radio de contrôle après l’opération est parfaite. Donc il me donne l’autorisation de sortir aujourd’hui. Visite de contrôle dans un mois et demi avec radio pour voir la consolidation. Pas d’imprudence jusqu’à cette date.

Dernier petit déjeuner à l’hôpital. Demain matin j’aurai mon grand bol de lait et non pas cette minuscule tasse…

Douche toute seule comme une grande dans la salle de bain après avoir entouré ma jambe avec un sac plastique.

À 10 h je suis habillée prête à partir… l’ambulance ne viendra qu’à 14 h.

Visite de mon petit Kiné espagnol. Il me fait béquiller jusque dans le couloir. C’est un peu fatiguant de sauter sur un pied lorsqu’on n’a pas le droit de s’appuyer sur l’autre pied.

Repas de midi.

Les ambulanciers arrivent à 13 h30. Je n’ai même pas eu les ordonnances et les prescriptions pour l’infirmière et la pharmacie…14 h30 je suis à la maison.

Piqûre au ventrou. On ne change pas les bonnes habitudes, j’ai une prescription pour 45 jours !!! Pour le pansement ce n’est qu’une vingtaine de jours.

J’ai rendez-vous chez mon chirurgien le 17 mai. Jusque là je n’ai pas le droit de poser le pied par terre.Voilà mon nouvel hôpital.

Mardi 2 avril 2019

Carémeau.

Est-ce le hasard, une coïncidence ou je ne sais quoi, mais le lundi 11 mars j’ai dû chuter ver 11 h20 et le lundi 1er avril je suis rentrée dans le bloc opératoire à 11 h… Hier c’était le 1er avril chez la famille Riquiqui… œuvre de mes petitous.

La nuit s’est bien passée. À 5 h du matin lorsqu’elles sont venues changer la couche de ma voisine j’ai demandé un calmant car ça commençait à titiller un peu. Depuis tout va bien.

Prise de sang hebdomadaire pour commencer la journée.

Maintenant j’attends le petit déjeuner.

Tension de jeune fille, température ok.

Je viens d’apprendre que j’aurais un scanner cet après-midi.

Toujours pas de petit-déjeuner…

Petit déjeuner. Toilette dans le lit aujourd’hui.

Visite de l’ergothérapeute. Il va revenir après le pansement pour me faire une attelle.

L’infirmière va défaire le pansement. Je pensais que j’avais un plâtre… comme c’est là première fois que ça m’arrive… je ne sais pas comment ça se passe. Donc j’ai une bande Velpeau, des pansements et un gouttière. Et Voilà ma jolie petite cheville. Pas trop laide. Elle désinfecte tout, remet des pansements, une bande Velpeau.

Maintenant l’ergothérapeute peut venir. Dans cette boîte chauffante, il va mettre une plaque qu’il va mouler sur moi. Pour finir par ça. Et voilà l’attelle est posée. Grâce au Velcro on peut enlever l’attelle et refaire mon pansement. Ce matin ça saignait beaucoup en dessous, au niveau du talon, mais c’était normal d’après l’infirmière.

Le chirurgien passe il viendra voir demain matin lorsque l’infirmière aura enlevé mon pansement et si tout va bien je rentre à la maison. Avec des rendez-vous pour surveiller l’évolution.

Je dois aller faire un scanner car on a vu, à la radio, une tache sur un os et il veut savoir s’il n’y a pas une fracture.

Visite d’une Kiné, c’est la petite copine de mon premier Kiné espagnol. Elle me fait marcher avec le déambulateur et me montre des mouvements pour garder quelques muscles dans les jambes.

Scanner passé. C’est le médecin qui doit me donner les résultats. Donc on attendra demain.

Une fois de plus la journée passe vite entre les soins, les visites et les coups de téléphone.

Voilà les restes d’un week-end au ski… heureusement il n’a plus mal.

Lundi 1er avril 2019

Carémeau.

Cri du cœur de mon chéri hier soir en rentrant du restaurant :

– « t’es où ? »

Et bé, hier soir, je dormais à Sarzana juste à côté de la Spezia. Aujourd’hui je commence à m’approcher des Cinque Terre…

Retour sur terre. J’ai bien dormi jusqu’à 5 h du matin. Douche à 7 h et maintenant j’attends avec impatience que mon imbecile de montre me dise « bougez ». J’attends surtout que ce soit 8 h et là je vais commencer à voir du personnel et certainement à être fixée sur mon sort.

Visite de l’infirmière et du chirurgien. Pansement défait par l’infirmière, la peau est normale. On va pouvoir opérer. On me re empaquète la jambe avec un champ stérile en attendant de descendre au bloc. Zut j’ai oublié de faire une photo.

Un charmant brancardier vient me chercher. Salle d’attente pleine de chariots. Nous avons chacun un espace délimité par un rideau. Trois jeunes hommes verts s’approchent de moi. Tension ok. Ils m’expliquent ce qu’ils vont me faire : une piqûre sur le côté du genou pour envoyer de l’anesthésiant (je redemanderai le vrai mot demain) sur un nerf ce qui va insensibiliser ma jambe pendant plusieurs heures. Piqûre faite sous échographie, je peux suivre ce qu’ils font, je n’ai même pas senti l’aiguille. Perfusion. Et maintenant j’attends que la salle d’opération soit libre.

11 h. Grand départ. On m’installe sur la table. Plein de monde autour de moi. Tension toujours ok. On commence à enlever mes ferrailles… j’entends le bruit mais je ne sens rien, les anesthésistes râlent : attendez qu’elle soit endormie pour commencer. Ils stoppent tout !!! Masque à oxygène. Je respire profondément pendant un moment et… et… c’est parti.

13 h30 ??? Tiens ça parle autour de moi… salle de réveil. Tout va très bien madame la Marquise… la Marquise n’a aucune douleur, juste de temps en temps un petit élancement au niveau de la malléole. Cette douleur là je la connais depuis le début et ce n’est rien.

15 h50 ??? J’ai la mémoire qui flanche, je me souviens plus très bien… (le « ne », ce n’est pas moi qui l’ai oublié, c’est le parolier de Jeanne Moreau !!!) donc je me perds dans les heures… petit passage à la radio pour savoir s’ils ont bien travaillé. C’est plein, plein, plein, il paraît que lorsque on remonte du bloc on est prioritaire.

17 h. Je suis confortablement installée dans mon lit. Tout va très, très bien… j’ai rencontré Yves dans le couloir, ça a dû lui paraître particulièrement long mais j’avais averti la famille car ma voisine de chambre m’avait dit qu’elle était remontée à 20 h le jour de son opération.

J’ai une nouvelle voisine de chambre, nous nous étions rencontrées aux urgences le jour de mon arrivée. Le monde est petit, elle était repartie dans son EHPAD à Bouillargues. Elle est revenue pour être opérée demain.

Victoire !!! J’ai fait pipi. Le premier pipi semblait être très important pour les infirmières… comme je suis très obéissante, j’ai bu, j’ai bu. Elles ont dit que c’était parfait. Mon bulletin de notes va être au top. Je vais peut-être avoir les félicitations !!!

Je pense que je ne saurai rien de plus ce soir, alors je publie.

À demain

Dimanche 31 mars 2019

Le Grand Laquet – Carémeau

Matinée à la maison. Préparation des bagages. Dernier repas où je peux choisir ce que je veux manger.

Les ambulanciers sont à l’heure. Je suis à Carémeau à 15 h.

Je suis dans une chambre double 4064.

Visite d’un infirmier pour faire le point. Le chirurgien qui doit m’opérer n’est pas de garde ce week-end. D’après lui, il se peut que mon chirurgien regarde mon pied demain matin pour décider s’il peut m’opérer. D’après l’infirmier on va faire comme si j’allais être opérée. Ni manger, ni boire à partir de minuit et si je suis opérable je serai prête.

Je ne m’ennuie pas ma voisine de chambre a plein de visites. Je n’arrive même pas à lire.

Confirmation. L’anesthésiste vient de venir. Mon opération est prévue demain à 10 h30, ils ont un créneau horaire. On fait comme si j’allais être opérée et le staff décidera demain. Il est d’accord pour une anesthésie générale. Youpi. Tout va bien.Une petite photo pour égayer la page. Le 31 mars 2011. Valentin venait d’avoir le carnaval à la crèche.

Bonne nuit à demain.

Samedi 30 mars 2019

Le Grand Laquet 8 mars 2014. Valentine sur la table d’opération (le plan de travail de ma cuisine)… elle est en piteux état, sa maîtresse est née le 8 juin 2009, elle l’a suivie partout depuis. Deux essais de plâtres… ce sont les petits carreaux qui plaisent à ma reine, Mimi jolie. Opération réussie. 30 mars 2019. 5 ans plus tard. Les plâtres tiennent toujours… on lui a rajouté un petit soutien pour le cou. Faudrait pas qu’elle prenne froid… elle fait du ski aux Deux Alpes aujourd’hui !!!

La journée est passée bien vite aujourd’hui entre visites, messages, coups de téléphone…

L’infirmière est venue faire le pansement, pour elle c’est tout bon ma peau va bien. On verra le verdict demain soir à l’hôpital.

Je vais tellement bien que j’ai oublié de publier mon blog et c’est à une heure du matin lors de mon premier réveil dans la nuit… c’est comme ça toutes les nuits, je m’endors, je me réveille entre minuit et une heure en sueur et ensuite je me rendors jusqu’au matin. Donc c’est à une heure du matin que j’ai réalisé que, à part l’histoire de Valentine, je n’avais rien écrit.

Vendredi 29 mars 2019

Le Grand Laquet. N’en déplaise à ma Sophie, aujourd’hui je ne peux mettre qu’une photo de l’état de mon bouquet de fleurs et non de celui de la peau de ma cheville… chaque 2 jours l’infirmière fait une photo mais je ne la lui ai jamais demandée. Je n’ai droit qu’à son commentaire : ça s’améliore. Heureusement que ma Sophie comprend la plaisanterie.

Bon, aujourd’hui, je vais jouer dans la nostalgie… grâce à mon super portable j’ai retrouvé plus de choses qui viennent de me faire rêver !!!

29 mars 2012. Via Algarviana. Notre première randonnée itinérante seuls, tous les deux. 2 semaines de traversée de l’arrière-pays de l’Algarve d’Alcoutim au Cap Saint Vincent. Randonnée que nous avions trouvée sur un site internet avec les cartes de toutes les étapes. Pas de GPS à l’époque et un portable qui ne servait qu’à téléphoner. Région très peu peuplée. J’avais retenu tous les hébergements avant de partir. Nous avons très vite été rejoints par deux autrichiens qui ne se connaissaient pas au départ. Un garçon qui ne marchait pas avec nous dans la journée et Regina qui est restée avec nous jusqu’à Silves où nous j’avais retenu deux nuits pour couper le voyage. Elle était repartie le lendemain avec des Belges car son billet d’avion ne lui permettait pas de faire une pause. Nous l’avions « sauvée » lors de quatrième jour. Ce jour là, il fallait aller dormir plus loin que la fin de l’étape dans une vieille école. On nous avait proposé de nous y emmener en voiture. Ok pour tout le monde sauf Yves qui décide d’y aller à pied. Yves s’en va. Peu de temps après Regina décide de partir aussi à pied. Il n’y a que l’autrichien et moi qui y allons en voiture. Nous nous installons dans l’école. Yves arrive dans l’après-midi. Une heure, deux heures, trois heures après son arrivée toujours pas de Regina. Je suis très inquiète, il va bientôt faire nuit et il n’y a que des collines à perte de vue. Heureusement que j’ai noté son numéro de téléphone. Je l’appelle en Anglais (ich spreche kein Deutsch) (traduction Reverso), elle est perdue évidemment, elle a raté des flèches, d’après ce qu’elle me décrit et grâce à Yves qui a fait le trajet nous arrivons à la remettre sur le bon chemin, antennes visibles au loin… yves part à sa rencontre. Ouf, le soir elle dort avec nous et ne nous quittera plus.

En 2013, nous avons fait le GR 221, la Serra de Tramuntana aux Baléares, mais en avril. 29 mars 2014. Via de la Plata. Le théâtre de Mérida. Photo prise par Yves, j’ai été rapatriée la veille en France à cause de ma pyélonéphrite. Et bé dis donc Aline, tu t’en payes des voyages au frais de la princesse !!!29 mars 2015. Via de la Plata. Albergueria, le bar le plus photographié du Camino. Nous allons aussi être accrochés quelque part… 29 mars 2016. Caminho Tavirense. De Vila Réal de Santo Antonio (Sud est du Portugal) à St Jacques de Compostelle. Castelo Rodrigo. 27 mars 2017. Il n’y a pas de photo le 29. Nous étions déjà rentrés d’Italie le 24 mars. J’espère que vous avez trouvé où je suis !!!29 mars 2018. Camino de Levante. Gotarendura. Jeudi saint, le jour où j’ai pris un fou rire inextinguible…29 mars 2019. Tatie Arlette, dans mon salon. Mon plus fervent supporter qui laisse un message tous les jours sur mon blog. Message que j’attends tous les jours avec impatience…

Que dire sur la journée, qu’elle est passée presque trop vite car j’ai eu plein de visites, de coups de téléphone et que je n’ai même pas eu le temps de lire.

Aujourd’hui pas de pansement, juste la petite piqûre dans le ventrou qui commence à avoir plein de bleus.

À demain.